Archives par mot-clé : médias camerounais

Manuela EBE – Fondatrice Akouma TV

Photo - Manuela EBE 1

Synergie de la Jeunesse Camerounaise lance cette semaine une campagne de célébration de nos jeunes femmes camerounaises. Nous sommes allés à la rencontre de Manuela EBE, fondatrice de AKOUMA TV. Retrouvez à travers ces quelques lignes, la genèse de Akouma TV, les expériences de Manuela et les leçons qu’elle tire de son aventure entrepreneuriale.

Bonjour Mademoiselle Manuela EBE, vous êtes la Co-Fondatrice de la Web TV AKOUMA. Pourriez-vous  en quelques lignes vous présenter et nous dire comment vous est venue l’idée de créer cette entreprise média ?

Bonjour et Merci de m’accorder cette interview. Je suis Manuela EBE EVINA, je suis titulaire d’un Master en Ingénierie Economie. J’ai toujours voulu mettre mes compétences au service de mon pays, et mon envie d’indépendance m’a poussée vers l’entrepreneuriat. Vous vous demandez sans doute comment d’une formation en Economie, je me suis retrouvée immergée dans la culture et les médias. En rentrant au Cameroun, j’ai été frappée par la crainte manifestée par mes collègues à l’étranger, face à ma décision de retourner dans mon pays natal.

Je m’explique : Pour ces derniers (en 2011), aucun avenir n’était envisageable en Afrique. Tout y était synonyme de misère, de guerre et de corruption. Je voulais montrer à travers mon aventure entrepreneuriale les choses bougent malgré tout. Je souhaitais mettre en avant  une Afrique riche, jeune et surtout innovante. Une fois le challenge lancé, je me suis associé avec une amie journaliste Andréa B., pour lancer AKOUMA TV : Une Web TV panafricaine principalement axée sur la culture.

Vous représentez, au sein de la jeune génération camerounaise, l’avenir de la Web TV au Cameroun. Quelles sont les principales difficultés que vous avez rencontrées dans le développement de vos activités ?

Merci du compliment. Vous savez, entreprendre au Cameroun relève du défi. Au-delà du manque d’appui de l’Etat pour les jeunes entrepreneurs, notre principale difficulté en ce qui concerne notre secteur d’activité demeure le capital humain. En lançant le projet, nous n’avions pas mesuré l’ampleur du manque de techniciens qualifiés en audiovisuel.  Nous espérons que d’ici quelques années, avec le développement des diverses plateformes médias qui se mettent en place, la main d’œuvre professionnelle suivra en conséquence.

Photo - Manuela EBE 2

Lors d’une interview vous aviez déclaré : «Je m’engage autant pour mon pays parce qu’on ne peut pas savoir où aller en ignorant d’où l’on vient. La culture est la base de tout». Vous appeliez au retour au Cameroun des “forces vives” de la diaspora. Quels seraient les avantages d’une collaboration étroite entre talents locaux et ceux de la diaspora ?

Etablir un pont entre les jeunes du continent et ceux de la diaspora fait justement partie des objectifs visés par AKOUMA TV. Nous avons besoin de travailler main dans la main si nous voulons réellement lancer un mouvement stable : il s’agit de s’inspirer les uns des expériences des autres.

Comment entrevoyez-vous l’établissement de ces ponts d’échanges et de partage ?

La coopération ne peut être effective et productive que si les jeunes, encadrés par l’élite dirigeante, décident de  mettre en place des pôles d’orientation et d’information comme celui tout récemment créée au Ministère des Relations Extérieures.

Depuis votre retour au Cameroun, vous avez fait des rencontres avec de nombreux jeunes entrepreneurs et porteurs de projets. Quel est votre sentiment vis-à-vis de leurs offres ?

Au Cameroun, il est indéniable qu’on note un souffle positif en ce qui concerne la création d’entreprises. L’offre est hyper variée et très « new génération ». Je déplore néanmoins que des secteurs tels que l’agriculture ne soient pas suffisamment mis en valeur.

Photo - Manuela EBE 3

 A ce propos, quels secteurs d’activités pensez-vous  propices à l’entrepreneuriat par les jeunes ?

Comme préalablement précisé, je pense que nous devrions  réellement encourager les jeunes à se lancer dans le secteur agricole, en multipliant les formations, les programmes d’accompagnement, et en accordant des subventions. Le secteur des services  est déjà en plein essor (restauration, hôtellerie, service à la personne…) mais devrait être plus suivi et mieux encadré si nous voulons respecter les normes internationales et proposer des offres concurrentielles dans la sous-région Afrique centrale et sur l’ensemble du continent.

 Quels conseils donneriez-vous à cette jeunesse qui souhaite entreprendre ?

De ma petite expérience, je pense qu’avant de se lancer dans la démarche entrepreneuriale, il est important de bien mûrir son idée. Lancer une entreprise, est un projet de vie, un sacrifice permanent. Plusieurs aspects doivent être pris en compte : l’absence de salaire les premières années, une vie sociale quasi inexistante, un entourage choisi avec soin ! Mais pour moi, la patience en entrepreneuriat est la base de tout. Comme nous l’entendons communément dire,  seul le travail paye. Alors, rêvons, osons et construisons.

Mademoiselle Manuela EBE, nous vous remercions de nous avoir accordé cette interview.