La femme dans un monde de travail en perpétuelle mutation : planète 50-50 d’ici 2030

Le 08 mars, un 08 mars…un autre 08 mars est arrivé ; une date historique, surtout pour la gent féminine car leur étant dédiée, à elles en tant que filles, femmes, mères, grand mères mais également à leurs luttes, leurs combats, leurs souffrances…Le 08 mars est donc cette journée, vous l’aurez deviné, où les femmes sont à l’honneur. A l’occasion de cette célébration, la SJC, au vu de son implication quotidienne dans la promotion de l’épanouissement de la femme et de son autonomisation, a souhaité comme à l’accoutumée célébrer la femme à sa manière…

Commençons par comprendre les origines de cette célébration….

Tout aurait débuté au 20ème siècle suite à de nombreuses manifestations de femmes essentiellement ouvrières réclamant des droits tels que le vote, de meilleures conditions de travail et l’égalité entre les hommes et les femmes. Dès lors, la mise sur pied d’une journée internationale de la femme a été proposée pour la première fois en 1910 lors de la conférence internationale des femmes socialistes, par Clara Zetkin, et s’inscrivait alors dans une perspective révolutionnaire. En effet, le choix définitif du 08 mars comme date attitrée ne se fera qu’à partir de 1917 suite à une grève des ouvrières de Saint-Pétersbourg. Cette journée deviendra ainsi une tradition dans le monde entier après 1945.

Qu’en est-il de cette célébration de nos jours ?…

Aujourd’hui, force est de constater que la tradition continue d’être perpétuée à travers la planète. Les inégalités entre les hommes et les femmes étant toujours perceptibles à ce jour, l’avènement de cette journée revêt toute son importance encore plus aujourd’hui. En effet, au vu de constats tels que :

  • Le peu de femmes dans la sphère politique
  • Les inégalités dans le partage des tâches domestiques
  • Les femmes globalement plus pauvres que les hommes
  • Les femmes moins bien payées que les hommes à poste et à compétences égales

Il va sans dire qu’il reste encore tant de choses à faire dans le sens d’une amélioration de la condition féminine de manière générale.

En fonction de ce que l’on se trouve dans un pays précis, la célébration n’est pas la même car elle est spécifique à chaque nation. Au Cameroun, le thème retenu pour cette 32e édition est : « la femme dans un mode de travail en mutation : l’égalité 50-50 d’ici 2030 ». Ce thème a particulièrement retenu notre attention car soulevant l’épineuse question de l’égalité hommes femmes qui plus est dans le contexte de nos sociétés africaines.

Pouvons-nous réellement espérer une parité hommes femmes d’ici 2030 au Cameroun ?

Nous n’ignorons pas que dans notre société les femmes ont tendance depuis la nuit des temps à être minimisées et marginalisées car l’homme a toujours été considéré comme le genre dominant. La femme est très souvent perçue par la gente masculine comme celle qui doit tenir un foyer, un objet sexuel et complètement soumise à son époux. Malgré le taux de scolarisation sans cesse croissant des jeunes filles et la contribution toute aussi croissante des femmes dans l’économie nationale au travers de leurs diverses activités professionnelles, la triste réalité est et demeure que les femmes, contrairement aux hommes subissent des pressions sociales de toute part, les empêchant de s’épanouir pleinement au sein de la société. Ces pressions sont soit de nature familiale (parents qui préfèrent envoyer leur fille en mariage qu’à l’école…), soit de nature professionnelle (difficulté à prétendre à une opportunité professionnelle sans devoir au préalable subir des harcèlements de toutes sortes) pour ne citer que ceux-ci. Ces différentes pressions constituent donc un frein à l’autonomisation et à épanouissement de la femme. Les femmes aujourd’hui estiment que si elles étaient traitées de la même façon que les hommes, elles seraient capables de véritablement exprimer leur potentiel certes, mais…

Pouvons-nous réellement parler d’égalité Hommes femmes dans le cas du Cameroun ?

Les origines bibliques de l’homme et de la femme nous rappellent que Dieu retira une côte à Adam, le premier homme, pour créer Eve la première femme sur terre afin qu’elle puisse lui tenir compagnie. Nous pensons dès lors que parler d’une égalité hommes femmes relève quelque peu de l’utopie. Toutefois il existe une véritable complémentarité entre les deux genres, l’un ne pouvant vivre ou exister sans l’autre. En effet, que ça nous plaise ou pas, la femme tout comme l’homme est capable de faire certaines choses qui lui sont spécifique comme par exemple donner naissance ou encore porter plus facilement certaines charges lourdes. Mais l’histoire nous a montré que les femmes sont capables de faire bien plus que ce que les hommes les penses capables de faire. Malheureusement, bien souvent, et encore aujourd’hui, les femmes doivent choisir entre vie familiale et carrière professionnelle. Mais l’espoir est permis, car les choses changent, peut-être pas à la vitesse à laquelle nous le voulons, mais des évolutions se font ressentir. Notre génération suscite de plus en plus de jeunes filles et femme qui sont déterminées à militer pour les droits de la femme à l’égalité dans nos sociétés. Les obstacles sont encore nombreux et tenaces mais les femmes ont toujours sues transformer l’adversité pour le meilleur et nous avons foi en ce que l’avenir sera pavé de parité pour les générations futures.