JCAC édition I

Le samedi 11 mars 2017 s’est tenue à l’hôtel Prince de Galles à Akwa la toute première édition des Journées Camerounaises de l’Art et de la Culture (JCAC) axée autour de l’art culinaire et des langues maternelles. Il convient avant toute chose de rappeler que les JCAC sont une activité qui a été pensée et réalisée par la plateforme « Empowerment Women » (EW) de la Synergie de la Jeunesse Camerounaise (SJC). Revivons donc ensemble les articulations principales qui ont marqué cette journée.

les JCAC édition 1

Avant de véritablement s’intéresser au thème principal, une présentation de la SJC, de sa plateforme EW et de l’activité JCAC a été faite par la team SJC. On a ainsi pu noter que la plateforme EW de la SJC vise la promotion d’une image positive du rôle de la femme dans la société en redonnant confiance aux filles et aux femmes ; en travaillant à mettre à leur disposition des outils, voire des programmes qui favorisent leurs épanouissements professionnel, économique, socio-communautaire et culturel. Les JCAC s’inscrivent donc dans le volet social et communautaire de la SJC ; EW souhaite que la femme soit reconnue et soit consciente de son rôle dans la transmission des cultures et des traditions et la contribution à l’unicité nationale via la transmission et l’apprentissage de la culture et de la tradition.

Madame Caroline TOWADA

Une fois le décor planté, la toute première intervention a été celle de l’érudite Mme Caroline TOWADA qui nous a entretenu sur « L’importance de la langue maternelle pour la jeune fille en Afrique Noire », entretien des plus des édifiant dont il serait difficile pour nous de faire un résumé tant chaque point soulevé ou évoqué suscitait autant d’intérêt que les autres. Nous avons toutefois noté quelques citations qui résument assez l’ensemble de l’exposé de cette gardienne des traditions ; en effet, pour elle, « Sachant que pour avancer on prend appui sur son passé, la jeune femme doit savoir désormais que pour cela il faut être elle-même et pas à l’image de la conscience de l’autre. Sans quoi elle transmettrait cela et par conséquent garderai les chaînes mentales de la soumission alors que par la langue, elle peut, non seulement résister, briser ces chaînes et former des êtres plus équilibrés et en phase avec leur environnement socio-culturel. ». Elle rajoute également « Nous pouvons donc dire de L’AFRIQUE, au travers de la FEMME qui hier était jeune fille qui demain redeviendra mère, QU’ELLE A FAIT LE DON DE LA LANGUE A L’HUMANITÉ. En tant que telle, elle a le devoir d’assumer son statut de relais dans la chaîne de vie en perpétuant cet héritage précieux qu’est la langue maternelle, car c’est le rempart d’une culture millénaire. ». Puis s’en est suivi une présentation de l’histoire, des recettes et des valeurs nutritionnelles de chaque met retenue pour cette édition à savoir l’E’KOKA MAKWAMBA pour la région du Littoral, le KATI KATI pour la région du nord-ouest, le KONDRE DE PORC pour la région de l’ouest Cameroun.

Dr TAYOU

Après les deux précédentes interventions, les dernières furent celles des Dr TAYOU, oncologue et Dr NKOUNAWA qui nous ont entretenus pendant près d’une heure sur le cancer des ovaires. En effet, bien que ce cancer soit assez méconnu du grand public et rare dans notre contexte (car étant le 5ème cancer mortel au

Dr NKOUNAWA

Cameroun), les médecins ont souligné le fait que les malades atteints par ce cancer arrivent dans la quasi-totalité des cas tard à l’hôpital car la maladie se développant silencieusement. Aussi, ils ont rappelé que les femmes âgées de 60 ans et plus sont les plus exposées que les femmes plus jeunes toutes aussi à risque; la prise en charge serait assez difficile au pays contrairement à l’extérieur. Dans tous les cas, il est vivement conseillé de se faire dépister le plus tôt possible.

 

A la suite de ces principales interventions, nous avons eu les mots des différents partenaires de cette édition à savoir BENEFICIAL LIFE, LA CLINIQUE DES CITES, HABITAT 237, 4 SAISONS, LE PAS FEMININ et une dégustation des mets à l’honneur. L’on a ainsi pu lire une grande satisfaction sur le visage des différentes personnes présentes ce jour aussi bien en ce qui concerne l’organisation que la qualité des mets proposés. Vivement donc la prochaine édition des JCAC !!!